Pâques

             Pâques

                                                   Par Pr. Alcenir Mota

             Traduction en Français: Suely Maia Pereira da Silva

 

                     Pâques est l’une des plus importantes dates commémoratives de notre calendrier. Actuellement, elle est devenue une date si commerciale, que très peu de gens se souviennent ou connaissent sa vraie signification.

1.     Son origine  (Exode 12:3-27)

                    Cette histoire commence avec Abraham, elle passe par son fils Isaac, puis par Jacob, Joseph et ses descendants. Le peuple hébreu grandit en Egypte, où Joseph a amené toute sa famille, qui y a vécu pendant 430 ans comme esclave, maltraitée et victime d’injustices. Au temps marqué par Dieu, Moïse, son serviteur, fut appelé et désigné pour délivrer le peuple de sa souffrance. Il parla, à plusieurs reprises, à Pharaon, selon l’ordre de Dieu, sans succès, jusqu’à ce que le pouvoir de Dieu se manifesta par diverses épreuves  pour les égyptiens et la délivrance  du  peuple de Dieu, enfin, arriva.

                     Le récit du texte biblique décrit le dernier épisode de tout ce drame. Dans les moments qui ont précédé la plaie qui devait  coûter  la vie aux premiers-nés de l’Egypte, Dieu a institué la Pâque de l’Eternel.

                      Chaque famille devait sacrifier un agneau sans défaut et prendre de son sang pour le mettre sur les deux poteaux et sur le linteau (de la porte) des maisons où on le mangerait. Dieu a toujours préservé le peuple hébreu des effets des plaies, sans aucune action de leur part. Mais, concernant cette dernière  plaie, il était nécessaire qu’il y  ait une action du peuple pour éviter la mort de leurs premiers-nés. Cette action était la célébration de la Pâque. La Pâque pour les hébreux consistait à manger des pains sans levain, des herbes amères et à sacrifier un agneau, dont le sang devait être mis sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons, pour que l’ange de la mort n’y entre pas. Quand le destructeur passerait de ce côté-là, il ne frapperait  pas les premiers-nés des maisons qui auraient le sang aspergé sur elles. De là le terme Pâque, de l’hébreu “pesah”, qui signifie “sauter au-delà de la marque”, “passer par-dessus”, ou “préserver”.

                       La pratique de cette cérémonie devrait être éternelle, toujours célébrée  par le peuple de Dieu pour que son Nom ne soit jamais oublié. “Et lorsque vos fils vous diront: Que signifie pour vous ce rite? Vous répondrez: C’est  le sacrifice de la Pâque en l’honneur de l’Eternel, qui a passé par-dessus les maisons des Israélites en Egypte lorsqu’il frappa les Egyptiens et qu’il préserva nos maisons. Le peuple s’inclina et se prosterna” (Exode 12: 26-27).  Toutes les générations suivantes devraient s’en souvenir et chercher à connaître le seul Dieu, qui a secouru et délivré son peuple par sa main puissante.

                        Quand les hébreux sont entrés dans la terre promise, ils ont célébré la Pâque selon l’ordonnance de Dieu. 

2.     Célébration de la 1ère Pâque dans la terre promise

Les Israélites campèrent à Guilgual et ils célèbrèrent la Pâque, le quatorzième jour du mois, au soir, dans les plaines de Jéricho. Ils mangèrent des productions du pays, des pains sans levain et du (grain) rôti, le lendemain de la Pâque, en ce jour-même.” (Josué 5:10-11)

                        Après sa sortie triomphale d’Egypte, le peuple de Dieu a pérégriné pendant 40 ans dans le désert  jusqu’à son arrivée à Canaan, la terre promise et tant desirée. Pendant toutes ces années le souvenir de Dieu a été fort, même si pendant quelques moments le peuple l’a oublié. L’arrivée à la terre promise ne signifiait  pas la fin  des problèmes et des difficultés, et comme la présence de Dieu a été fondamentale pour des victoires dans le désert, le souvenir de Celui qui leur a accordé de telles victoires était fondamental pour les défis à suivre.

                         Josué, le successeur de Moïse, à la tête du peuple, savait que ses compatriotes auraient besoin de beaucoup de courage pour affronter ses ennemis et ainsi, il cherchait à travers la célébration de Pâque, à repasser en leur coeur la bienveillance de l’Eternel qui n’est jamais épuisée. Pâque devait leur rappeler que le seul et vrai Dieu était à leur côté et qu’il luttait pour et avec eux. Avant de faire face aux armées ennemies, quelques unes étant plus puissantes grâce aux armements et à leur capacité de lutte, la réalisation de la Pâque de l’Eternel était fondamentale pour que le peuple de Dieu ne soit pas découragé par ses adversaires. 

                          Jésus a toujours célébré cette fête si importante pour son peuple. On lit en Matthieu 26, que tout près de sa mort, ses disciples lui  demandèrent  où il voulait qu’ils lui préparent le repas de la Pâque. Jésus leur répondit d’aller à la ville chez un tel et de lui dire: “Le Maître dit: Mon temps est proche, c’est chez toi que je célèbrerai la Pâque avec mes disciples.” 

                          Pendant la célébration, Jésus a pris du pain et l’a donné aux disciples en disant: “Prenez, mangez, ceci est mon corps.” Il a pris ensuite une coupe et après avoir rendu grâces, il  leur en a donné en disant: “Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour beaucoup, pour le pardon des péchés.”               

3.     Notre Pâque

                         Le principal symbole de la Pâque juive c’est l’agneau, qui a été sacrifié et son sang aspergé sur les portes des familles hébraïques pour que la mort ne frappe pas leurs premiers-nés. Le sang de l’agneau signifiait délivrance, la mort passant sur les maisons du peuple de Dieu. Ce moment-là a mis fin à 430 ans d’esclavage et pour cela il devrait être rappelé, à perpétuité, pour toutes les générations, et lorsque les enfants demanderaient à leurs parents la raison de cette fête, ceux-ci leur répondraient: “C’est le sacrifice de la Pâque en l’honneur de l’Eternel, qui a passé par-dessus les maisons des Israélites en Egypte, lorsqu’il frappa les Egyptiens et qu’il préserva nos maisons  (Exode 12:27). 

                        Lors de la dernière réunion de Jésus avec ses disciples, Il a commencé sa parole avec  une information très importante: ”Vous savez que la Pâque a lieu dans deux jours, et que le Fils de l’homme sera livré pour être crucifié” (Matthieu 26:1-2). L’évangéliste Jean affirme sur Jésus: “Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde”(Jean 1:29b). Paul dit aussi de lui: “Purifiez-vous du vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé”  (1 Corinthiens 5:7).

                        Jésus a été et il est notre agneau pascal. Christ a amené une nouvelle et plus grande signification pour la Pâque, quand il a célébré et institué la Cène du Seigneur (Matthieu 26). Ainsi comme les hébreux avaient besoin d’un sauveur et qu’ils ont été délivrés par le sang de l’agneau mis sur les portes, nous aussi, nous sommes délivrés de la condamnation éternelle à travers le sacrifice de Jésus sur la croix. Pâque pour les chrétiens aujourd’hui, c’est le souvenir de cet acte.

                        Une croix et un tombeau vide sont nos symboles de Pâque. Des lapins et des oeufs, ce sont des images qui inondent notre imaginaire par les publicités à cette époque-là. Elles ne signifient rien pour nous. Lorsque nos enfants nous poseront la question à propos de la signification de la croix et du tombeau vide, nous leur répondront que c’est le sacrifice du Christ, notre agneau pascal qui a été mort sur une croix et mis dans un tombeau, mais qui n’y est pas resté, car il est ressuscité et il vit encore.

                        Pâque doit être toujours célébrée, car elle nous rappelle que Jésus-Christ, dont la condition était celle de Dieu, n’a jamais estimé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu. Quand le moment est arrivé, il s’est dépouillé lui-même des privilèges de sa divinité et il a pris la condition d’esclave, en devenant un être humain! Et, après ça, il est toujours humain. C’était son moment d’humiliation. Il n’a pas exigé de privilèges spéciaux, mais il a vécu une vie d’abnégation et d’obéissance, en ayant aussi une mort pareille. A cause de cette obéissance, Dieu l’a souverainement élevé, afin que tous les êtres créés dans les cieux et sur la terre, même les morts et enterrés, se prosternent en adoration devant Jésus-Christ et proclament, par la louange, qu’il est le Seigneur de tous, pour la gloire de Dieu le Père (Philippiens 2:5-11).           

 

Pour le Culte Franco-Brésilien de Pâques, le 14 avril 2014.